Tours à Jérusalem

Le quartier juif

 
La rue principale du quartier juif est une rue romaine, où les magasins ont été construits par les croisés ; le mur dans le centre est de la période du Premier Temple, les maisons sont du 19ème siècle, et ses synagogues des 17e et 18e siècles. La visite dans le quartier juif va vous emmener dans un voyage ludique à travers différentes époques, de nombreux conquérants, contes et légendes, à seulement 5 minutes à pied du Mur occidental.
 
Où ailleurs dans le monde seriez-vous capable de trouver une maison vieille de 2000ans et juive à l'intérieur du sous-sol privé d'un homme? Ou un musée archéologique de prêtres qui ont servi au temple dans un sous-sol sous une Yeshiva moderne? Et que dire des magasins modernes dans un bâtiment de 1000 ans et authentique? Tous ces éléments sont en attente pour vous au quartier juif de la vieille ville, un lieu unique avec de nombreux sites rares et singuliers enfermés dans une petite superficie de 120 acres. Et sans oublier, presque tout est gratuit.
 
Le quartier juif est le troisième quart de tous les quatre coins de la vieille ville, avec 600 familles y vivant dans aujourd'hui. Pendant la guerre d'indépendance en 1948, le quartier était tombé, avec le reste de la vieille ville, dans les mains des Jordaniens, dirigé par Abdullah el-Tell. Jusqu'à sa libération dix-neuf ans plus tard, tous les bâtiments et les maisons du quartier ont été utilisés comme écuries et des entrepôts pour les Jordaniens. Depuis 1967, le quartier a été entièrement restauré, les travaux de construction continuent jusqu'en 1983. Lors de la rénovation et la restauration, l'objectif principal était de préserver le passé, ce qui explique pourquoi il n'y a pas de cordons d'alimentation visibles ou des lignes téléphoniques Ici. 
 
Vous pouvez commencer votre visite du quartier juif de la place centrale à côté du Cardo et de la synagogue Hourva, également le centre du quartier. La synagogue Hourva a été restaurée et reconstruite récemment, et mérite une visite (il est nécessaire que vous appeliez à l'avance). De là, tournez dans la rue Ha'Yehudim, et le Cardo Maximus, la rue principale de la Jérusalem antique, comme on le voit ici dans toute sa gloire, et qui gère 22,5 mètres de large, construits il ya plus de 1.500 ans.
 
Sur la partie couverte du Cardo se dresse un duplicata de la partie de Jérusalem de Madaba carte ; son imprimé original est conservé en Jordanie. La grande église, comme on le voit dans le centre de la carte, c'est le Saint-Sépulcre, qui permettra d'accéder au Cardo à l'époque byzantine. Sur le côté gauche (nord) de la carte, vous pouvez voir la zone de l'actuelle porte de Damas, et à côté de lui une colonne utilisée pour mesurer les distances de Jérusalem vers d'autres villes, comme à Naplouse et à Damas. Sur la partie supérieure droite de la carte (Sud-Est) est une partie vide, et certains chercheurs croient que cela avait été l'emplacement du Mont du Temple à l'époque - abandonnés et négligés, tout comme Jésus a prédit (la période byzantine fut le moment de Christianisme).
 
Les magasins de souvenirs et Judaica au Cardo ont été construits sur la base des boutiques originales qui ont été ici pendant la période des Croisades (Dans le 12ème siècle le Cardo a été soulevé et réduit). De là, il est possible d'aller jusqu'à Chabad Street, puis grimper au Nord à l'escalier en fer pour voir la vue panoramique sur Jérusalem depuis les toits. Une autre option consiste à monter les escaliers et passer par HaYehudim régal (ici vous pouvez également trouver des toilettes publiques propres).
 
La menace assyrienne vient à Jérusalem
 
La muraille large sur la rue Plugat HaKotel est l'un des rares vestiges laissés dans le quartier juif de l'époque du premier Temple. Le mur a été créé par le roi Ézéchias, qui a dû faire face à la menace assyrienne sur Jérusalem. Les Assyriens sont mentionnés dans la Bible, en 722 avant JC, les conquérants du royaume d'Israël. Lorsque le siège est arrivé à Jérusalem, en 704 avant JC, le roi Ézéchias cachait les eaux de la ville de David, venant du flux de Gihon, en utilisant le tunnel de Siloé, également connu sous le tunnel de Hizkyahu, ajoutant aussi des fortifications, comme les restes du mur que nous voyons devant nous.
 
Le mur est de 7 mètres de large (d'où le nom - la muraille large) et 8 mètres de haut. Le croquis de la construction du mur peut être vu sur un dessin sur un mur au-dessus du mur. L'endroit a également été mentionné dans Esaïe (22:10-11): «Vous comptez les maisons de Jérusalem, vous démolissez les maisons pour fortifier la muraille; Vous faites aussi un réservoir entre les deux murailles pour les eaux du vieil étang. Mais vous ne regardez pas à Celui qui a fait ceci, vous ne voyez pas Celui qui l'a préparé dès longtemps. »
 
L'ancienne piscine est le tunnel de Siloé, et la destruction des maisons autour lui a permis de vite construire le mur, avant que l'Assyrien ennemi n’arrive. En regardant la partie nord-ouest du mur, nous pouvons voir que le mur est en fait debout sur les ruines des murs des maisons détruites. Près de la muraille large, dans le Shonei Ha-halachot Street, il y a la Tour israélienne, également un survivant de la première période du Temple, un modèle du Mont du Temple et de Jérusalem. Cet endroit est un must-see à chaque visite du quartier juif.
 
.A quelques mètres avant la Place des abris, vous trouverez un monument construit en mémoire de 48 soldats du quartier juif qui ont été tués dans la guerre de l'Indépendance. Les corps ont été enterrés ici en 1948, et seulement à partir de 1967 que leurs os ont été transférés à la fosse commune sur le mont des Oliviers. Certains de ces soldats avaient seulement 16 ans, et le plus jeune d'entre eux, le plus jeune martyr de l'armée israélienne était Nissim Gini, seulement 9,5 ans.
 
Un appartement 2 chambres + une citerne bien conservée
 
Un carré de refuge a été créé en raison de la cohue sévère à l'intérieur des murs, la pénurie de logements et les problèmes d'assainissement dans le quartier juif. Le domaine a été acheté en 1857, par des Juifs riches, qui ont fondé la société "hospices sur le mont Sion Tovba. Ils ont offert principalement la gratuité du logement, dans des appartements de haute qualité de deux chambres, une cuisine et une cour pavée, une citerne et plus.
 
Les appartements ont été donnés aux immigrants en provenance de Hongrie et généralement aux pauvres. Plus tard, d'autres appartements ont été achetés dans le quartier musulman, et quand ce n'était pas suffisant ainsi, Moshe Montefiore qui est devenu actif, a réussi à recevoir de l'argent de Yehouda Tora et construit Michkenot. Et le reste est l'histoire.
 
La place du refuge était l'un des derniers lieux laissés dans les mains des défenseurs du trimestre en 1948, et ici ils ont tenu l'ordonnance en vertu de l'armée jordanienne, avant d'être transféré à Jérusalem-Ouest ou faits prisonniers par les Jordaniens. Dans la partie sud de la place, près de l'école, il est possible de descendre à l'église Nea abside (L'église "New"), église byzantine qui est également présenté à Madaba carte. Vous devriez demander la garde où est la clé. Ensuite, marchez sur Gilad Street, tournez à gauche à Tiféret (gloire) et vous arriverez aux quatre synagogues séfarades dans le Mishmarot ha-Kehuna Street. L'entrée coûte 5 NIS pour un enfant, et 7 NIS pour un adulte.
 
Au début du 17e siècle, les descendants de ceux qui ont été expulsés de l'Espagne ont construit une synagogue dédiée à la mémoire de Rabbi Yohanan ben Zaccaï. La synagogue a deux arches saintes, comme c'était la coutume dans la synagogue Ramban. Pendant la guerre de l'Indépendance, le bâtiment a été détruit et restauré ultérieurement. La trompette et le pétrole au-dessus de la fenêtre du haut sur le mur sud remplacent ceux qui ont été détruits. Il a été traditionnellement soutenu que les outils ont été détruits dans le Temple lui-même. La structure de la boîte dans le centre et l'arrangement sont typiques de la synagogue séfarade. Dans le passé, le rabbin séfarade a été choisi ici, et aujourd'hui c'est la maison de prière de la communauté locale séfarade.
 
La troisième synagogue est « Kahal Sion ». Au-dessus de l'entrée se trouve un mur vide - un mémorial à la destruction du Temple. La troisième synagogue, la synagogue d'Istanbul, a été construite au 18ème siècle par les immigrés turcs. Elle a également été reconstruite en 1967, quand une arche sainte et une boîte de Turquie lui ont été portées. La légende dit qu'il y avait un tunnel de la tombe de David à Sion pour les synagogues séfarades, mais malgré les diverses versions connues de la légende - ce tunnel n'a jamais été retrouvé.
 
Le quartier juif possède de nombreux sites à visiter, tous situés à seulement quelques minutes les uns des autres: Zion Gate, le Silberberg (payant et avec réservation à l'avance), l'ancienne cour Yichouv (payant), la synagogue Ramban , le modèle du premier Temple (prépayé et avec rendez-vous), l'observation du Mur occidental, le toit de la Yeshiva du Temple (uniquement sur rendez-vous. recommandé!), le quartier d'Hérode et la Maison Brûlée (payant), l'Institut des vaisseaux, la synagogue  de la gloire d'Israël et la synagogue Karaite. Certains de ces sites ne sont pas ouverts le samedi, de sorte que vous ne pouvez les visiter qu’au cours de la semaine.